Rechercher une page de manuel

Chercher une autre page de manuel:

autossh-argv0

Langue: en

Version: 334332 (ubuntu - 24/10/10)

Section: 1 (Commandes utilisateur)


BSD mandoc
Debian Project

NAME

ssh-argv0 - replaces the old ssh command-name as hostname handling

SYNOPSIS

hostname | user@hostname [-l login_name ] [command ]

hostname | user@hostname [-afgknqstvxACNTX1246 ] [-b bind_address ] [-c cipher_spec ] [-e escape_char ] [-i identity_file ] [-l login_name ] [-m mac_spec ] [-o option ] [-p port ] [-F configfile ] [-L port host hostport ] [-R port host hostport ] [-D port ] [command ]

DESCRIPTION

replaces the old ssh command-name as hostname handling. If you link to this script with a hostname then executing the link is equivalent to having executed ssh with that hostname as an argument. All other arguments are passed to ssh and will be processed normally.

OPTIONS

See ssh(1).

FILES

See ssh(1).

AUTHORS

OpenSSH is a derivative of the original and free ssh 1.2.12 release by Tatu Ylonen. Aaron Campbell, Bob Beck, Markus Friedl, Niels Provos, Theo de Raadt and Dug Song removed many bugs, re-added newer features and created OpenSSH. Markus Friedl contributed the support for SSH protocol versions 1.5 and 2.0. Jonathan Amery wrote this ssh-argv0 script and the associated documentation.

SEE ALSO

ssh(1)
Soit un cardinal A. On dit qu'il a pour "divisant" un cardinal B si la division d'A par B n'a aucun rompu, c-à-d si A vaut B plus B plus B... (n fois). Nommons "primitif" (on aurait pu choisir "primal") un cardinal A qui n'a aucun divisant plus grand qu'un.
Montrons qu'il y a toujours un primitif plus grand qu'un cardinal pris au hasard, donc qu'ils s'accroîtront jusqu'à l'infini. Tout d'abord, nous connaissons la proposition 1 (qu'on pourrait garantir sans aucun mal si on voulait) : si A a pour divisant B (pour tout B plus grand qu'un), alors A+1 n'a jamais pour divisant B. On sait aussi (proposition 2) qu'un cardinal ayant au moins un divisant, a toujours au moins un divisant primitif (car s'il a un divisant non primitif, son divisant a aussi un divisant ; or tout divisant d'un divisant d'un cardinal produira aussi un divisant du cardinal). Supposons donc (supposition 1) qu'il y ait N primitifs au total (pour un N fini), ni plus ni moins, soit p1, p2, ..., pN. On a alors un cardinal X produit par la multiplication :
X=p1 fois p2 fois ... fois pN.
On voit qu'X a pour divisant p1, p2, ...,pN. Voyons alors par quoi nous divisons Y=X+1. Suivant la proposition 1, Y n'a pour divisant ni p1, ni p2, ..., ni pN. Il n'a donc pour divisant aucun primitif (car nous supposons ici qu'il n'y a aucun primitif à part p1, p2, ..., pN). Or, suivant la proposition 2 (par contraposition), s'il n'a aucun divisant primitif, il n'a aucun divisant du tout. On voit donc qu'il y a un cardinal Y qui n'a aucun divisant, c-à-d un primitif, qui n'apparaît pas dans p1, p2, ..., pN. D'où la contradiction qu'on voulait par rapport à la supposition 1. Conclusion : on pourra toujours bâtir un primitif plus grand qu'un cardinal fourni, ad infinitum. CQFD.
-- Graner, Nicolas