Rechercher une page de manuel

Chercher une autre page de manuel:

cpio

Autres langues

Langue: fr

Version: \" (fedora - 16/08/07)

Autres sections - même nom

Section: 1 (Commandes utilisateur)

NOM

cpio - archive et restaure des fichiers

SYNOPSIS

cpio {-o|--create} [-0acvABLV] [-C octets] [-H format] [-M message] [-O [[utilisateur@]hôte:]archive] [-F [[utilisateur@]hôte:]archive] [--file=[[utilisateur@]hôte:]archive] [--format=format] [--message=message] [--null] [--reset-access-time] [--verbose] [--dot] [--append] [--block-size=blocs] [--dereference] [--io-size=octets] [--quiet] [--force-local] [--rsh-command=commande] [--help] [--version] < liste-de-fichiers [> archive]

cpio {-i|--extract} [-bcdfmnrtsuvBSV] [-C octets] [-E fichier] [-H format] [-M message] [-R [utilisateur][:.][groupe]] [-I [[utilisateur@]hôte:]archive] [-F [[utilisateur@]hôte:]archive] [--file=[[utilisateur@]hôte:]archive] [--make-directories] [--nonmatching] [--preserve-modification-time] [--numeric-uid-gid] [--rename] [-t|--list] [--swap-bytes] [--swap] [--dot] [--unconditional] [--verbose] [--block-size=blocs] [--swap-halfwords] [--io-size=octets] [--pattern-file=fichier] [--format=format] [--owner=[utilisateur][:.][groupe]] [--no-preserve-owner] [--message=message] [--force-local] [--no-absolute-filenames] [--sparse] [--only-verify-crc] [--quiet] [--rsh-command=commande] [--help] [--version] [motif...] [< archive]

cpio {-p|--pass-through} [-0adlmuvLV] [-R [utilisateur][:.][groupe]] [--null] [--reset-access-time] [--make-directories] [--link] [--quiet] [--preserve-modification-time] [--unconditional] [--verbose] [--dot] [--dereference] [--owner=[utilisateur][:.][groupe]] [--no-preserve-owner] [--sparse] [--help] [--version] répertoire-de-destination < liste-de-fichiers

DESCRIPTION

Cette page de manuel décrit la version GNU de cpio. cpio ajoute des fichiers à une archive ou les extrait d'une archive. Une archive est un fichier contenant d'autres fichiers et des informations concernant ces fichiers, comme le nom de fichier, le propriétaire, les dates d'accès et les permissions. L'archive peut être un fichier, une bande magnétique ou un tube. cpio peut travailler :

En sortie, cpio insère les fichiers dans une archive. Il lit une liste de fichiers, un par ligne sur l'entrée standard, et écrit l'archive sur la sortie standard. Pour fournir la liste de fichiers, on utilise souvent la commande find ; pour éviter les problèmes de permissions sur des répertoires que vous n'avez pas le droit de parcourir ou dans lesquels vous n'avez pas le droit d'écrire, vous pouvez utiliser l'option -depth de find.

En entrée, cpio extrait les fichiers d'une archive ou affiche la liste des fichiers qu'elle contient. L'archive est lue sur l'entrée standard. Chaque argument non option de la ligne de commande est développé par l'interpréteur de commande comme un motif générique de noms de fichiers ; seuls les fichiers dont les noms correspondent à l'un ou plusieurs motifs sont extraits de l'archive. À la différence de l'interpréteur de commandes, un nom de fichier commençant par « . » correspond à un motif commençant par un caractère joker. Si aucun motif n'est fourni, tous les fichiers sont extraits.

En entrée/sortie, cpio recopie les fichiers d'un répertoire dans un autre, combinant les travaux en sortie et en entrée sans réellement utiliser d'archive. La liste des fichiers à copier est lue sur l'entrée standard ; le répertoire de destination est spécifié en tant qu'argument non option.

cpio accepte les archives aux formats suivants : binaire, ASCII (ancien), ASCII (nouveau), crc, binaire HPUX, ASCII HPUX (ancien), tar (ancien format), et tar conforme à POSIX.1. Le format binaire n'est plus utilisé car il ne code pas l'information de façon portable sur différents matériels. L'ancien format ASCII est portable mais ne doit pas être utilisé sur les machines possédant plus de 65536 i-noeuds. Le nouveau format ASCII est portable et peut être utilisé sur des systèmes de fichiers de toutes tailles, mais il n'est pas implémenté par toutes les version de cpio ; actuellement, il est seulement implémenté par les version GNU et Unix System V R4. Le format crc est identique au nouveau format ASCII, il contient en plus la somme de contrôle de chaque fichier, calculée par cpio lors de l'archivage et vérifiée lors de l'extraction. Les formats HPUX assurent la compatibilité avec la version HPUX de cpio qui stocke les fichiers de périphériques de façon différente.

Le format tar assure la compatibilité avec le programme tar. Il ne peut pas stocker les fichiers dont le nom dépasse 100 caractères, et ne peut pas archiver les fichiers « spéciaux » (périphériques de type bloc ou de type caractère). Le format tar POSIX.1 ne peut stocker de fichier dont le nom dépasse 255 caractères (à moins d'avoir un « / » au bon endroit).

Par défaut, afin d'assurer la compatibilité avec les vieilles versions, cpio crée des archives au format binaire. En extraction, cpio reconnaît automatiquement le format de l'archive et peut lire les archives crées sur des machines ayant des ordres de stockage d'octets différents.

Certaines des options de cpio ne sont valables que pour certains types de travaux ; voir la section SYNOPSIS pour consulter la liste des options autorisées en fonction du type de travail.

OPTIONS

-0, --null
En sortie et en entrée/sortie, lit une liste de fichiers terminée par le caractère nul, au lieu d'un saut de ligne. Ceci permet d'archiver les fichiers dont les noms contiennent des sauts de ligne. De telles listes de fichiers peuvent être produites par la version GNU de find.
-a, --reset-access-time
Ne modifie pas la date d'accès des fichiers, comme s'ils n'avaient pas étés lus.
-A, --append
Ajoute à une archive existante. Fonctionne seulement en sortie. L'archive doit être le fichier spécifié par -O ou l'option -F (--file) .
-b, --swap
En entrée, intervertit les demi-mots et les octets de ces derniers. Ceci est équivalent à -sS. Utilisez cette option pour convertir des entiers sur 32 bits entre un ordinateur gros-boutiste (big-endian) et un ordinateur petit-boutiste (little-endian) (NdT : pour l'origine de petit-boutiste et gros-boutiste, voir le récit de J.
 Swift, « Voyages de Gulliver »).
-B
Spécifie une taille de blocs d'entrée/sortie de 5120 octets. Initialement, cette taille était de 512 octets.
--block-size=TAILLE-DE-BLOC
Spécifie une taille de blocs d'entrée/sortie de TAILLE-DE-BLOC * 512 octets.
-c
Utilise l'ancien format ASCII (portable).
-C TAILLE-E/S, --io-size=TAILLE-E/S
Spécifie une taille de blocs d'entrée/sortie de TAILLE-E/S octets.
-d, --make-directories
Si nécessaire, crée les répertoires de destination.
-E FICHIER, --pattern-file=FICHIER
En entrée, lit dans FICHIER un motif supplémentaire fournissant les fichiers à extraire ou bien une liste de fichiers. Les lignes de FICHIER sont considérées comme des arguments non option de cpio.
-f, --nonmatching
Copie uniquement les fichiers ne vérifiant aucun des motifs fournis.
-F, --file=archive
Plutôt que d'utiliser l'entrée ou la sortie standard, utilise le fichier archive. Pour utiliser une bande magnétique sur une autre machine, utilisez une nom de fichier commençant par « HÔTE: ». Pour accéder à l'ordinateur distant en précisant l'utilisateur, faites précéder le nom de l'hôte du nom de l'utilisateur suivi de « @ ». Cet utilisateur doit avoir la permission d'accéder à l'hôte (typiquement, un utilisateur ayant mis l'hôte dans son fichier ~/.rhosts).
--force-local
avec -F, -I, ou -O, considère l'archive comme un fichier local, même si le nom du fichier contient « : », ce qui, sans cette option, aurait été considéré comme un fichier sur un hôte distant.
-H FORMAT, --format=FORMAT
Utilise le format d'archive FORMAT. Les formats acceptés sont indiqués ci-dessous ; ils sont aussi acceptés en majuscules. Par défaut, en entrée, cpio tente de détecter le format d'archive, et en sortie, utilise le format « bin ».
bin
Le format binaire, désuet.
odc
L'ancien format portable (POSIX.1).
newc
Le nouveau format portable (SVR4), qui accepte les systèmes de fichiers de plus de de 65536 i-noeuds.
crc
Le nouveau format portable (SVR4) incluant la vérification par somme de contrôle.
tar
L'ancien format tar.
ustar
Le format tar POSIX.1. Ces archives, aussi appelées archives GNU tar, elles sont similaires mais pas identiques.
hpbin
Le format binaire, utilisé par la version HPUX de cpio (qui stocke les fichiers de périphériques de façon différente), désuet.
hpodc
Le format portable utilisé par la version HPUX de cpio (qui stocke les fichiers de périphériques de façon différente).
-i, --extract
Travaille en entrée.
-I archive
Plutôt que d'utiliser l'entrée standard, utilise le fichier archive. Pour utiliser une bande magnétique sur une autre machine, utilisez une nom de fichier commençant par « HÔTE: ». Pour accéder à l'ordinateur distant en précisant l'utilisateur, faites précéder le nom de l'hôte du nom de l'utilisateur suivi de « @ ». Cet utilisateur doit avoir la permission d'accéder à l'hôte (typiquement, un utilisateur ayant mis l'hôte dans son fichier ~/.rhosts).
-k
Ignoré ; sert uniquement à la compatibilité avec d'autres versions de cpio.
-l, --link
Si possible, crée des liens au lieu de copier les fichiers.
-L, --dereference
Suit les liens symboliques (copie les fichiers sur lesquels ils pointent plutôt que les liens).
-m, --preserve-modification-time
En créant les fichiers, conserve leurs dernières dates de modification.
-M MESSAGE, --message=MESSAGE
Avertit l'utilisateur en arrivant à la fin d'un support de sauvegarde tel qu'une bande magnétique ou une disquette, en affichant MESSSAGE, pour qu'il puisse insérer un nouveau volume. Si MESSAGE contient la chaîne de caractère « %d », elle sera remplacée par le numéro du volume actuel (en commençant par 1).
-n, --numeric-uid-gid
Dans l'affichage détaillé, affiche les UID et GID numériques au lieu des noms. Extrait aussi les archives tar en utilisant les UID et GID numériques au lieu des noms des utilisateurs et groupes (les archives cpio sont toujours extraites ainsi).
--no-absolute-filenames
En entrée, crée les fichiers par rapport au répertoire courant, même si l'archive contient les chemins complets des fichiers.
--no-preserve-owner
En entrée et en entrée/sortie, ne change pas les propriétaires des fichiers ; l'utilisateur effectuant l'extraction se les approprie. Ceci correspond au comportement par défaut pour un utilisateur normal (non root), ceci afin que les utilisateurs de System V ne perdent leurs fichiers par inadvertance.
-o, --create
Travaille en sortie.
-O archive
Plutôt que d'utiliser la sortie standard, utilise le fichier archive. Pour utiliser une bande magnétique sur une autre machine, utilisez une nom de fichier commençant par « HÔTE: ». Pour accéder à l'ordinateur distant en précisant l'utilisateur, faites précéder le nom de l'hôte du nom de l'utilisateur suivi de « @ ». Cet utilisateur doit avoir la permission d'accéder à l'hôte (typiquement, un utilisateur ayant mis l'hôte dans son fichier ~/.rhosts).
--only-verify-crc
N'effectue, en sortie, que la vérification des sommes de contrôle de chaque fichier de l'archive, n'extrait donc aucun fichier.
-p, --pass-through
Travaille en entrée/sortie.
--quiet
N'affiche pas le nombre de blocs copiés.
-r, --rename
Renomme les fichiers de manière interactive.
-R [user][:.][group], --owner [user][:.][group]
En sortie et en entrée/sortie, attribue tous les fichiers créés à l'utilisateur et/ou au groupe spécifié. Vous pouvez spécifier un utilisateur, un groupe ou les deux. Si aucun groupe n'est spécifié, mais que le séparateur « : » ou « . » est présent, utilise le groupe de l'utilisateur indiqué. Seul le superutilisateur peut changer les propriétaires des fichiers.
--rsh-command=COMMANDE
Demande à mt d'utiliser COMMANDE pour contrôler les périphériques distants plutôt que /usr/bin/ssh ou /usr/bin/rsh.
--sparse
En entrée et en entrée/sortie, écrit les fichiers avec de gros blocs de zéros, comme les fichiers épars.
-s, --swap-bytes
En entrée, intervertit les octets de chaque demi-mot (paire d'octets).
-S, --swap-halfwords
En entrée, intervertit les demi-mots de chaque mot (4 octets).
-t, --list
Affiche la liste des fichiers en entrée.
-u, --unconditional
Écrase tous les fichiers, sans demander si l'on désire remplacer des fichiers récents par de plus anciens.
-v, --verbose
Affiche les fichiers traités, ou avec -t, affiche les fichiers comme le ferait la commande « ls -l ». Dans l'affichage détaillé de la liste des fichiers d'une archive ustar, les noms d'utilisateurs et les noms de groupes inexistants sur le système qui effectue l'extraction sont remplacés par les noms correspondants aux valeurs numériques UID et GID de l'archive.
-V --dot
Affiche un « . » pour chaque fichier traité.
--version
Affiche le numéro de version de cpio et quitte.

TRADUCTION

Antoine Gémis <agemis@netuup.com>.
Un intellectuel assis va moins loin qu'un con qui marche.
-+- Michel Audiard -+-