Rechercher une page de manuel

Chercher une autre page de manuel:

system

Autres langues

Langue: fr

Version: 20 décembre 2004 (mandriva - 01/05/08)

Section: 3 (Bibliothèques de fonctions)

NOM

system - Exécuter une commande shell

SYNOPSIS

 #include <stdlib.h>
 
 int system (const char * commande);
 

DESCRIPTION

La fonction system() exécute la commande indiquée dans commande en appelant /bin/sh -c commande, et revient après l'exécution complète de la commande. Durant cette exécution, le signal SIGCHLD est bloqué, et les signaux SIGINT et SIGQUIT sont ignorés.

VALEUR RENVOYÉE

La valeur renvoyée est -1 en cas d'erreur (par exemple échec de fork(2)) ou le code de retour de la commande en cas de succès. Ce dernier code est dans le format indiqué dans wait(2). Ansi, le retour de la commande sera WEXITSTATUS(status). Dans le cas où /bin/sh ne peut pas être exécuté, le code de retour sera identique à celui d'une commande effectuant un exit(127).

Si la valeur de commande est NULL, system() renvoie une valeur non nulle si le shell est accessible, et zéro sinon.

system() n'affecte pas le statut d'attente des autres processus fils.

CONFORMITÉ

C89, C99, POSIX.1-2001.

NOTES

Si la macro _XOPEN_SOURCE est définie, les macros décrites dans wait(2) (WEXITSTATUS(), etc.) sont disponibles lorsque l'on inclut <stdlib.h>.

Comme mentionné plus haut, system() ignore SIGINT et SIGQUIT. Ceci peut rendre ininterruptible un programme qui l'appelle en boucle, à moins qu'il ne vérifie le code de retour du fils, par exemple

     while(qqchose) {
         int ret = system("foo");
 
         if (WIFSIGNALED(ret) &&
             (WTERMSIG(ret) == SIGINT || WTERMSIG(ret) == SIGQUIT))
                 break;
     }
 

N'utilisez jamais system() dans un programme avec les privilèges Set-UID ou Set-GID. Des variables d'environnement avec des valeurs étranges peuvent être utilisées pour corrompre l'intégrité du système. Utilisez les fonctions de la famille exec(3) à la place, mais pas execlp(3) ni execvp(3).

system() ne fonctionnera pas correctement avec les programmes ayant des privilèges fournis par les bits Set-UID ou Set-GID sur les systèmes où /bin/sh est bash version 2, car celui-ci rejette les privilèges au démarrage. (Debian utilise une version modifiée de bash où ce comportement est abandonné si on l'invoque sous le nom sh).

Dans les versions de la glibc avant la 2.1.3, la vérification de disponibilité du shell /bin/sh n'est pas faite si commande est NULL ; à la place, il est considéré comme étant disponible et system() renvoie toujours 1 dans ce cas. Depuis glibc 2.1.3, cette vérification est effectuée car même si POSIX.1-2001 réclame à une implémentation conforme de fournir un shell, ce shell peut ne pas être disponible ou exécutable si le programme appelant avait précédemment appelé chroot(2) (qui n'est pas spécifié par POSIX.1-2001).

Il est possible qu'une commande shell renvoie 127, ainsi le code de retour n'est pas une indication sûre de l'échec de execve(2). Vérifiez errno pour en être sûrs.

VOIR AUSSI

sh(1), signal(2), wait(2), exec(3)

TRADUCTION

Ce document est une traduction réalisée par Christophe Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/> le 10 novembre 1996 et révisée le 19 novembre 2007.

L'équipe de traduction a fait le maximum pour réaliser une adaptation française de qualité. La version anglaise la plus à jour de ce document est toujours consultable via la commande : « LANG=C man 3 system ». N'hésitez pas à signaler à l'auteur ou au traducteur, selon le cas, toute erreur dans cette page de manuel.

Le superflu, chose très nécessaire.
-+- Voltaire, Satires -+-