Rechercher une page de manuel

Chercher une autre page de manuel:

credentials

Autres langues

Langue: fr

Version: 13 juin 2007 (mandriva - 01/05/08)

Section: 7 (Divers)

NOM

credentials - Identifiants de processus

DESCRIPTION

Identifiant de processus (PID)

Chaque processus a un identifiant entier non négatif unique qui lui est affecté lorsque le processus est créé avec fork(2). Un processus peut connaître son PID en utilisant getpid(2). Un PID est représenté par le type pid_t (défini dans <sys/types.h>).

Les PID sont utilisés par un ensemble d'appels système pour identifier le processus affecté par l'appel, par exemple : kill(2), ptrace(2), setpriority(2) setpgid(2), setsid(2), sigqueue(2) et waitpid(2).

Le PID d'un processus est conservé à travers un execve(2).

Identifiant de processus père (PPID)

L'identifiant de processus père d'un processus identifie le processus créé avec fork(2). Un processus peut connaître son PPID en utilisant getppid(2). Un PPID est représenté par le type pid_t.

Le PPID d'un processus est conservé à travers un execve(2).

Identifiant de groupe de processus (PGID) et identifiant de session (SID)

Chaque processus a un identifiant de session et un identifiant de groupe de processus, tous les deux représentés par le type pid_t. Un processus peut connaître son identifiant de session en utilisant getsid(2), et son identifiant de groupe de processus en utilisant getpgrp(2).

Un fils créé avec fork(2) hérite des identifiants de session et de groupe de processus de son père. Les identifiants de session et de groupe de processus d'un processus sont conservés à travers un execve(2).

Les sessions et les groupes de processus sont des abstractions imaginées pour prendre en charge le contrôle de tâches d'un interpréteur de commandes. Un groupe de processus (parfois appelé « tâche ») est un ensemble de processus qui partagent le même identifiant de groupe de processus ; l'interpréteur de commande créé un nouveau groupe de processus pour le (les) processus utilisé(s) pour exécuter une commande ou pipeline (par exemple, les deux processus créés pour exécuter la commande « ls | wc » sont placés dans le même groupe de processus). L'appartenance à un groupe de processus peut être définie avec setpgid(2). Le processus dont l'indentifiant de processus est identique à son identifiant de groupe de processus est le leader du groupe de processus pour ce groupe.

Une session est un ensemble de processus qui partagent le même identifiant de session. Tous les membres d'un groupe de processus ont le même identifiant de session (par exemple, tous les membres d'un groupe de processus appartiennent à la même session, aussi, ces sessions et groupes de processus forment une hiérarchie à deux niveaux). Une nouvelle session est créée lorsqu'un processus appelle setsid(2), qui créé une nouvelle session dont l'identifiant de session est identique au PID du processus qui a appelé setsid(2). Le créateur de la session est appelé le leader de session.

Identifiants d'utilisateur (UID) et de groupe (GID)

Chaque processus a plusieurs identifiants d'utilisateur et de groupe associés. Ces identifiants sont des entiers, respectivement représentés par les types uid_t et gid_t (définis dans <sys/types.h>).

Sous Linux, chaque processus a les identifiants d'utilisateur et de groupe suivants :

*
Identifiant d'utilisateur réel et identifiant de groupe réel. Ces identifiants déterminent à qui appartient le processus. Un processus peut connaître son identifiant d'utilisateur (de groupe) en utilisant getuid(2) (getgid(2)).
*
Identifiant d'utilisateur effectif et identifiant de groupe effectif. Ces identifiants sont utilisés par le noyau pour déterminer les permissions du processus lors de l'accès à des ressources partagées telles que les files de messages, la mémoire partagée ou les sémaphores. Sur la plupart des systèmes Unix, ces identifiants déterminent également les permissions lors de l'accès aux fichiers. Toutefois, pour ce cas précis, Linux utilise les identifiants de système de fichiers décrits plus loin. Un processus peut connaître son identifiant d'utilisateur (de groupe) effectif en utilisant geteuid(2) (getegid(2)).
*
SUID (set-user-ID) sauvé et SGID (set-group-ID) sauvé. Ces identifiants sont utilisés par les programmes SUID et SGID pour conserver une copie des identifiants effectifs correspondants définis lors de l'exécution du programme (voir execve(2)). Un programme SUID peut prendre et abandonner ses privilèges en modifiant son UID effectif avec les valeurs de ses UID réel et sauvé. Ces opérations peuvent être effectuées avec les appels système seteuid(2), setreuid(2) ou setresuid(2). Un programme SGID peut faire la même chose avec les appels setegid(2), setregid(2) ou setresgid(2). Un processus peut connaître son SUID (SGID) sauvé en utilisant getresuid(2) (getresgid(2)).
*
Identifiant d'utilisateur du système de fichiers (FSUID) et identifiant de groupe du système de fichiers (FSGID). Ces identifiants, avec les identifiants de groupes supplémentaires décrits plus loin, sont utilisés pour déterminer les permissions d'accès aux fichiers ; voir path_resolution(7) pour plus de détails. Si l'UID (GID) effectif d'un processus est modifié, le noyau définit automatiquement l'UID (GID) du système de fichiers avec la même valeur. Par conséquent, les identifiants du système de fichiers ont normalement la même valeur que les identifiants effectifs correspondants, et la sémantique de vérification des permissions de fichiers est la même sur Linux que sur les autres systèmes Unix. Les identifiants du système de fichiers peuvent avoir une valeur différente des identifiants effectifs en utilisant setfsuid(2) et setfsgid(2).
*
Identifiants de groupe supplémentaires. Cet ensemble d'identifiants de groupe supplémentaires est utilisé pour les vérifications de permissions d'accès aux fichiers et autres ressources partagées. Sur les noyaux Linux précédant le 2.6.4, un processus pouvait avoir jusqu'à 32 groupes supplémentaires ; depuis le noyau 2.6.4, il peut en avoir 65536. Un processus peut connaître son ensemble d'identifiants de groupe supplémentaires en utilisant getgroups(2), et le modifier avec setgroups(2).

Un processus fils créé avec fork(2) hérite des copies des UID et GID de son père. Lors d'un execve(2), les UID et GID réels et GID supplémentaires sont préservés ; les identifiants effectifs et sauvés peuvent être modifiés comme décrit dans execve(2).

En dehors des contextes décrits ci-dessus, les UID d'un processus sont également utilisés dans un certain nombre d'autres contextes :

*
lors de la détermination des permissions pour l'envoi de signaux --- voir kill(2) ;
*
lors de la détermination des permissions pour l'établissement des paramètres d'ordonnancement de processus (gentillesse, politique et priorité d'ordonnancement temps réel, affinité CPU, priorité d'E/S) avec setpriority(2), sched_setaffinity(2), sched_setscheduler(2), sched_setparam(2) et ioprio_set(2) ;
*
lors de la vérification de limites de ressources ; voir getrlimit(2) ;;
*
lors de la vérification de la limite du nombre d'instances inotify que le processus peut créer ; voir inotify(7).

CONFORMITÉ

Les PID, PPID, PGID et SID sont spécifiés dans POSIX.1-2001. Les identifiants réels, effectifs et sauvés sont spécifiés dans POSIX.1-2001. Les identifiants du système de fichiers sont une extension Linux.

NOTES

Les identifiants sont partagés par tous les threads d'un processus.

VOIR AUSSI

csh(1), bash(1), ps(1), access(2), execve(2), faccessat(2), fork(2), getpgrp(2), getpid(2), getppid(2), getsid(2), kill(2), killpg(2), setegid(2), seteuid(2), setfsgid(2), setfsuid(2), setgid(2), setgroups(2), setresgid(2), setresuid(2), setuid(2), waitpid(2), euidaccess(3), initgroups(3), tcgetpgrp(3), tcsetpgrp(3), capabilities(7), path_resolution(7), unix(7)

TRADUCTION

Ce document est une traduction réalisée par Alain Portal <aportal AT univ-montp2 DOT fr> le 27 novembre 2007 et révisée le 28 novembre 2007.

L'équipe de traduction a fait le maximum pour réaliser une adaptation française de qualité. La version anglaise la plus à jour de ce document est toujours consultable via la commande : « LANG=C man 7 credentials ». N'hésitez pas à signaler à l'auteur ou au traducteur, selon le cas, toute erreur dans cette page de manuel.

Quand j'ai été kidnappé, ma mère a réagit tout de suite : elle a
sous-loué ma chambre.
-+- Woody Allen -+-