Rechercher une page de manuel

Chercher une autre page de manuel:

debaux-publish.1p

Langue: en

Version: 2007-07-15 (debian - 07/07/09)

Section: 1 (Commandes utilisateur)

NAME

debaux-publish - Debian package publishing script

SYNOPSIS

debaux-publish [OPTIONS] DEBFILES

VERSION

0.1.4

DESCRIPTION

debaux-publish is a helper script for publishing Debian packages.

OPTIONS

"-d NAME, --distribution NAME"
Forces debaux-publish to publish the package(s) to this distribution.
"-n, --dry-run"
Don't actually publish anything.
"--site=NAME"
Publish Debian packages on site NAME.

SEE ALSO

dpkg(8), dpkg-scanpackages(8)

AUTHOR

Stefan Hornburg (Racke) <racke@linuxia.de>.

LICENSE

debaux-publish comes with ABSOLUTELY NO WARRANTY. This is free software, and you are welcome to redistribute and modify it under the terms of the GNU General Public License. Copyright 2000,2001,2002 Stefan Hornburg (Racke) <racke@linuxia.de>.
Soit un cardinal A. On dit qu'il a pour "divisant" un cardinal B si la division d'A par B n'a aucun rompu, c-à-d si A vaut B plus B plus B... (n fois). Nommons "primitif" (on aurait pu choisir "primal") un cardinal A qui n'a aucun divisant plus grand qu'un.
Montrons qu'il y a toujours un primitif plus grand qu'un cardinal pris au hasard, donc qu'ils s'accroîtront jusqu'à l'infini. Tout d'abord, nous connaissons la proposition 1 (qu'on pourrait garantir sans aucun mal si on voulait) : si A a pour divisant B (pour tout B plus grand qu'un), alors A+1 n'a jamais pour divisant B. On sait aussi (proposition 2) qu'un cardinal ayant au moins un divisant, a toujours au moins un divisant primitif (car s'il a un divisant non primitif, son divisant a aussi un divisant ; or tout divisant d'un divisant d'un cardinal produira aussi un divisant du cardinal). Supposons donc (supposition 1) qu'il y ait N primitifs au total (pour un N fini), ni plus ni moins, soit p1, p2, ..., pN. On a alors un cardinal X produit par la multiplication :
X=p1 fois p2 fois ... fois pN.
On voit qu'X a pour divisant p1, p2, ...,pN. Voyons alors par quoi nous divisons Y=X+1. Suivant la proposition 1, Y n'a pour divisant ni p1, ni p2, ..., ni pN. Il n'a donc pour divisant aucun primitif (car nous supposons ici qu'il n'y a aucun primitif à part p1, p2, ..., pN). Or, suivant la proposition 2 (par contraposition), s'il n'a aucun divisant primitif, il n'a aucun divisant du tout. On voit donc qu'il y a un cardinal Y qui n'a aucun divisant, c-à-d un primitif, qui n'apparaît pas dans p1, p2, ..., pN. D'où la contradiction qu'on voulait par rapport à la supposition 1. Conclusion : on pourra toujours bâtir un primitif plus grand qu'un cardinal fourni, ad infinitum. CQFD.
-- Graner, Nicolas