Rechercher une page de manuel

Chercher une autre page de manuel:

pbmreduce

Autres langues

Langue: fr

Version: 33527 (fedora - 16/08/07)

Section: 1 (Commandes utilisateur)

NOM

pbmreduce - lit un PBM (Portable BitMap) et le réduit N fois

SYNOPSIS

pbmreduce [-floyd|-fs|-threshold ] [-value valeur] N [fichier_pbm]

DESCRIPTION

pbmreduce lit un PBM en entrée et le réduit par un facteur de N, puis génère un PBM réduit en sortie.

pbmreduce copie beaucoup de fonctionnalités provenant de pgmtopbm ; vous pourriez faire quelque chose comme pnmscale | pgmtopbm à la place mais pbmreduce est bien plus rapide.

pbmreduce peut être utilisé pour refaire le simili d'une image. Disons que vous avez un scanner qui n'utilise que du noir et blanc (pas d'échelles de gris), et qu'il travaille très mal le simili (la plupart des scanners monochromes correspondent à cette description). Une façon de refaire ce simili est de scanner le document à la plus haute résolution possible, 300 dpi par exemple, et alors réduire l'image par deux ou trois en utilisant pbmreduce. [NDT : la page de manuel a été écrite en 1989. Certaines informations ne sont plus d'actualité.]

Vous pouvez aussi corriger la luminosité de l'image en utilisant l'option -value.

OPTIONS

Par défaut, le simili est effectué en utilisant la diffusion d'erreur de Floyd-Steinberg ; sinon l'option -threshold peut être utilisé pour indiqué de faire un simple seuillage [NDT : thresholding]. Cela donne de meilleurs résultats pour réduire les dessins composé de lignes.

L'option -value modifie la valeur de seuillage pour toutes les valeurs de chacun des pixels. Ce devrait être un nombre réel entre 0 et 1. Au-dessus de 0.5, les images seront plus sombres ; au-dessous de 0.5, plus claires.

Tous les arguments peuvent être raccourcis à un caractère. [NDT : en effet, -fs et -floyd font la même chose]

VOIR AUSSI

pnmenlarge(1), pnmscale(1), pgmtopbm(1), pbm(5)

AUTEUR

Copyright (C) 1988 by Jef Poskanzer.

TRADUCTION

Traduit par François Wendling <frwendling@free.fr>, le 30 octobre 2005.
Oui, vos goûts, « duègne », « écueil » : un jus fâcheusement imprononçable !
-- Esposito-Farese, Gilles