Rechercher une page de manuel

Chercher une autre page de manuel:

dmesg

Autres langues

Langue: fr

Version: 30 juillet 2003 (openSuse - 09/10/07)

Autres sections - même nom

Section: 8 (Commandes administrateur)

NOM

dmesg - Afficher et contrôler le tampon des messages du noyau.

SYNOPSIS

dmesg [ -c ] [ -n niveau ] [ -s taille ]

DESCRIPTION

dmesg est utilisé pour examiner ou contrôler le tampon des messages du noyau.

Le programme aide les utilisateurs à afficher les messages du démarrage de la machine. Au lieu de copier ces messages à la main, il suffit de faire

dmesg > boot.messages
et envoyer par courrier électronique le fichier boot.messages à quelqu'un capable d'identifier un éventuel problème.

OPTIONS

-c
Efface le tampon des messages du noyau après les avoir affichés.
-s taille
utilise un tampon de la taille indiquée au lieu d'utiliser la taille courante. Par défaut, 8196 octets sont utilisés par le démon syslog du noyau dans les versions 2.0.33 et 2.1.103. Si vous utiliser un tampon plus large que celui par défaut, cette option vous permet de voir le tampon tout entier.
-n niveau
règle le niveau des messages à afficher sur la console. Par exemple, -n 1 supprime l'affichage de tous les messages, exceptés les messages graves. Tous les niveaux d'affichage des messages sont enregistrés dans /proc/kmsg, ainsi syslogd(8) peut être toujours utilisé pour contrôler exactement où les messages du noyau apparaissent. Quand l'option -n est utilisée, dmesg n'affichera ou n'effacera pas le tampon des messages du noyau.

Quand les deux options sont utilisées, seule la dernière option sur la ligne de commande est prise en compte.

VOIR AUSSI.

syslogd(8)

AUTEUR

Theodore Ts'o (tytso@athena.mit.edu)

TRADUCTION

Thierry Vignaud <tvignaud@mandrakesoft.com>, 1999.
Allez à Marseille, Marseille vous répondra. Cette ville est une leçon.
L'indifférence coupable des contemporains ne la désarme pas. Attentive
elle écoute la voix du vaste monde, et, forte de son expérience, elle
engage, en notre nom, la conversation avec la terre entière. Une
oriflamme claquant au vent sur l'infini de l'horizon, voilà Marseille.
-+- Albert Londres (1884-1932) -+-