Rechercher une page de manuel

Chercher une autre page de manuel:

e2fsck

Autres langues

Langue: fr

Version: Septembre 2001 (fedora - 16/08/07)

Section: 8 (Commandes administrateur)

NOM

e2fsck - vérifie un système de fichiers Linux ext2

SYNOPSIS

e2fsck [ -pacnyrdfvstFSV ] [ -b superblock ] [ -B blocksize ] [ -l|-L bad_blocks_file ] [ -C fd ] [ -j external-journal ] [ device

DESCRIPTION

e2fsck est utilisé pour vérifier un système de fichiers Linux de type ext2 (e2fs). Il supporte aussi les systèmes de fichiers ext2 avec journal, plus connus sous le nom système de fichiers de type ext3.
device
est un fichier spécial correspondant au périphérique (par ex. /dev/hdc1).

OPTIONS

-a
Cette option est identique à l'option -p, mais n'existe que pour assurer la compatibilité ascendante ; il est donc vivement suggéré d'utiliser plutôt l'option -p quand c'est possible.
-b superblock
Au lieu d'utiliser le superbloc normal, utilise un autre superbloc spécifié par superblock. On se sert de cette option lorsque le superbloc primaire a été corrompu. L'emplacement du superbloc de sauvegarde dépend de la taille des blocs du système de fichiers. Pour les systèmes de fichiers avec des blocs de tailles 1K, le superbloc de sauvegarde est situé dans le block 8193, avec des blocs de tailles 2K, il se situe dans le bloc 16384 et avec les blocs de 4K, dans le bloc 32768.
D'autres superblocs de sauvegardes peuvent être retrouvés en utilisant le programme mke2fs avec l'option -n pour afficher les emplacements où les superblocs seraient créés. L'option -b de mke2fs, qui spécifie la taille des blocs du système de fichiers doit être utilisé pour que les emplacements des superblocs indiqués soient exacts.
Si un autre superbloc est spécifié et que le système de fichiers n'est pas ouvert en lecture-seule, e2fsck s'assurera que le superbloc primaire a été correctement mis à jour avant d'accomplir la vérification du système de fichiers.
-B blocksize
Normalement, e2fsck recherchera le superbloc à des tailles de blocs différentes dans le but de déterminer la taille des blocs. Cette recherche peut mener à des résultats erronés dans certains cas. Cette option force e2fsck à n'essayer de localiser le superbloc qu'à une taille de bloc particulière. Si le superbloc reste introuvable, e2fsck quittera avec une erreur fatale.
-c
Cette option oblige e2fsck à exécuter le programme badblocks(8) pour trouver les blocs défectueux du système de fichiers. Ils seront alors marqués comme défectueux et ajoutés à l'inode des blocs défectueux.
-C
Cette option oblige e2fsck à écrire les informations d'avancement dans le descripteur de fichier spécifié pour qu'ainsi la progression de la vérification puissent être surveillée. Cette option est typiquement utilisé par les programmes qui utilisent e2fsck. Si le descripteur de fichier spécifié est 0, e2fsck affichera la barre d'avancement comme il a l'habitude de le faire. Ceci nécessite que e2fsck s'exécute dans une console vidéo ou un terminal.
-d
Affiche la sortie de déverminage (inutile à moins que vous ne soyez en train de déverminer e2fsck).
-f
Force la vérification même si le système de fichiers semble propre.
-F
Purge les tampons de cache du périphérique hébergeant le système de fichiers avant de commencer. Ce n'est vraiment utile que pour mesurer la vitesse d'e2fsck .
-j external-journal
Définit le nom de chemin du journal pour ce système de fichiers.
-l filename
Ajoute les blocs listés dans le fichier spécifié par filename à la liste des blocs défectueux. Le format de ce fichier est identique à celui généré par le programme badblocks(8).
-L filename
Positionne la liste des blocs défectueux à la liste des blocs spécifiée dans filename. (Cette option fait la même chose que l'option -l, sauf que la liste des blocs défectueux est remplacée par celle contenue dans le fichier.)
-n
Ouvre en lecture-seule le système de fichiers, et répond «non» à toutes les questions, permet l'utilisation non interactive d'e2fsck. (Remarque : si les options -c, -l, ou -L sont aussi spécifiée en plus de l'option -n, alors, le système de fichiers sera ouvert en lecture-écriture, pour permettre la mise à jour de la liste des blocs défectueux. Cependant aucun autre changement n'aura lieu dans le système de fichiers.)
-p
Répare automatiquement (NdT : en anglais «preen» signifie lisser) le système de fichiers sans poser la moindre question.
-r
Cette option ne fait rien du tout, elle n'existe que pour assurer la compatibilité ascendante.
-s
Cette option permutera les octets du système de fichiers afin qu'il utilise l'ordre standard des octets (c'est à dire celui du i386 i.e. «little endian», l'octet de poids faible en premier). Si les octets du système de fichier sont déjà dans l'ordre standard, il ne se passera rien.
-S
Cette option échange les octets du système de fichiers indépendamment du l'ordre actuellement utilisé.
-t
Affiche les statistiques temporelles pour e2fsck. Si cette option est utilisée deux fois, des statistiques supplémentaires seront affichés pour chaque passe.
-v
Mode verbeux.
-V
Affiche les informations de version et quitte.
-y
Répond «yes» à toutes les questions, permet ainsi l'utilisation non interactive d'e2fsck.

CODE DE SORTIE

Le code de sortie retourné par e2fsck est la somme des conditions suivantes :
0 - Aucune erreur
1 - Erreurs du système de fichiers corrigées
2 - Erreurs du système de fichiers corrigées, le système devrait être redémarré si le système de fichiers était monté
4 - Il reste des erreurs non corrigées dans le système de fichiers
8 - Erreur d'opération
16 - Erreur d'utilisation ou de syntaxe
128 - Erreur de bibliothèque partagée

SIGNAUX

Les signaux suivants ont l'effet mentionné quand ils sont envoyés à e2fsck.
SIGUSR1
e2fsck commence l'affichage de la barre d'avancement. (Voir les commentaires sur l'option -C.)
SIGUSR2
e2fsck cesse l'affichage de la barre d'avancement.

RAPPORT DE BOGUES

Quasiment tous les logiciels comportent des bogues. Si vous parvenez à dénicher un système de fichiers qui provoque le crash de e2fsck, ou qu'il est incapable de réparer, veuillez en informer l'auteur.

Merci d'inclure autant d'informations que possible dans votre rapport de bogue. Idéalement, il me faudrait la transcription complète de l'exécution d'e2fsck, pour que je puisse voir exactement les messages d'erreurs affichés. Si vous avez un système de fichiers inscriptible où la transcription peut être enregistrée, le programme script(1) permet d'enregistrer de manière aisée la sortie d'e2fsck dans un fichier.

Il est aussi utile de m'envoyer la sortie de dumpe2fs(8). Si un ou plusieurs inodes semblent poser des problèmes à e2fsck, essayez de lancer la commande debugfs(8) et envoyez la sortie de l'exécution de la commande stat(1u) sur le(s) inode(s) en question. Si l'inode est un répertoire, la commande dump de debugfs vous permettra d'extraire le contenu du l'inode du répertoire qui peut m'être envoyé après avoir été préalablement passé au travers de uuencode(1).

Incluez toujours le nom de version complet qu'affiche e2fsck lorsqu'il s'exécute, afin que je sache quelle version vous utilisez.

AUTEUR

Cette version d'e2fsck a été écrite par Theodore Ts'o <tytso@mit.edu>.

VOIR AUSSI

mke2fs(8), tune2fs(8), dumpe2fs(8), debugfs(8)

TRADUCTION

Sébastien Blanchet, 2002
> Peut'on apprendre les bonnes règles à travers : Raphaël , Botticelli ,
> Renoir, Matisse, Morandi, Magritte etc...
Tous des nuls en photo, oui ! Et Rembrandt, ce con qui ne savait même
pas se servir d'un flash pour déboucher, on n'y voit rien dans les
coins... D'ailleurs aucun n'est paru dans Chasseur d'image, alors c'est
bien la preuve.
-+- Noëlle à Denis, sur fr.rec.photo -+-